Le gouvernement des Pays-Bas va tenter d’éradiquer le trafic de drogue dans le pays en cultivant ses propres plantations de cannabis. Moins cher et de meilleure qualité, le cannabis étatique devrait voir le jour en 2021.

Il y a environ deux ans, le gouvernement néerlandais a commencé l’expérimentation d’une production de cannabis supervisée par ses soins. Début septembre 2019, l’expérience est jugée concluante puisque les Pays-Bas vont devenir le premier pays de l’Union européenne à rendre légale la production de cannabis.
Jusque-là, la vente et la consommation de cannabis étaient tolérées, ce qui n’était pas le cas de sa culture et de l’approvisionnement des points de vente.
Pourquoi légaliser la production de cannabis ?
Il y a trois raisons principales à la légalisation de cette drogue dite « douce » : la lutte contre le trafic de drogue, la santé des consommateurs et des causes économiques.
Lutte contre le trafic de drogue
Tolérer la vente de cannabis sans légaliser sa production signifie que des réseaux de producteurs et fournisseurs illégaux existent. Offrir une alternative d’approvisionnement aux coffee-shops, points de vente légaux de cannabis, a pour vocation d’éradiquer en partie le marché noir existant.
La vente de cannabis permet au gouvernement de récupérer environ 500 millions d’euros de recettes fiscales par an, sans compter l’attrait du pays en Europe grâce au « tourisme cannabique ». En contrôlant la chaîne de valeur de la production à la vente, l’Etat peut conjuguer les bénéfices économiques et contrer les trafiquants.
Les criminels étaient jusque-là les grands gagnants de la législation en vigueur. C’est pourquoi plusieurs maires du pays ont souhaité fermer les coffee-shops qui étaient aux mains des trafiquants. Malheureusement pour eux, ces fermetures n’étaient pas au goût des criminels et un maire sur quatre avouait en 2017 « avoir déjà été menacé par des criminels », selon le quotidien néerlandais De Volkskrant.
Cannabis : une production de meilleure qualité
D’après les recherches de l’Etat, il semblerait que le cannabis cultivé illégalement contienne des ingrédients trop hallucinogènes qui n’assurent pas au mieux la santé des utilisateurs. De ce fait, la production étatique se veut garante de la qualité du produit.

    Cannabis en France
    En France, la possibilité de légaliser la production de cannabis est loin d’en être au stade néerlandais. Jusqu’à aujourd’hui, la possession, la consommation, la culture et la distribution de cannabis sont interdites en France. En 2018, une amende forfaitaire de 200 euros a été créée pour sanctionner l’usage illicite de stupéfiants, en réponse à l’augmentation du nombre de consommateurs (5 millions en 2017, dont 700 000 réguliers). C’est la sanction minimale que risque un usager, celle-ci pouvant aller jusqu’à un an de prison et 3 750 euros d’amende. En juin 2019, des économistes du Conseil d’analyse économique ont recommandé au gouvernement la légalisation du cannabis afin de « lutter contre le crime organisé, restreindre l’accès aux produits pour les plus jeunes et développer un secteur économique créateur d’emplois et de recettes fiscales ». Toutefois, la dépénalisation n’a jamais été au programme d’Emmanuel Macron.


L’Etat néerlandais choisira ses propres producteurs qui seront donc les seuls aux Pays-Bas à produire du cannabis légalement dans leurs champs. Compte tenu des problèmes sanitaires du cannabis des trafiquants, l’Etat vérifiera la qualité des produits cultivés.
Tout en étant meilleurs pour la santé, ils devraient également être à un prix inférieur à celui du marché afin qu’il soit plus rationnel pour les coffee-shops de passer par la culture de l’Etat plutôt que par celle illégale. Le dispositif est attendu pour 2021.


Grand Angle Pays-Bas n’est pas l’auteur ni le propriétaire de cet article. Il est ici relayé pour mettre en valeur un aspect des Pays-Bas en français.
Source de l’article …